9 novembre 2018

L'ATTENTE, L'après I.M.G


Ça fait 1 mois ou 2 mois ? Je pense qu'aujourd'hui mon corps est complètement déstabilisé à cause de tout ce qu'il s'est passé depuis le mois de septembre ... ! Septembre ? Déjà presque 2 mois et à la fois j'ai l'impression que ça fait une éternité.Dans mon premier billet d'humeur que j'avais publié (ici) juste après avoir appris la malformation, je m'étais arrêté à la première opération. Oui première, car finalement il y en a eu deux... Putain comme si une ne suffisait pas déjà ... Tout ça pour quoi? .... Vous verrez quelques lignes plus bas. Après la première opération, je me sentais comme soulagée et libérée d'un poids. C'était de toute façon mieux ainsi puisque cette grossesse n'aurait pas pu aller jusqu'à son terme. Et comme certaines personnes m'ont dit : " Heureusement que tu l'a su "tôt" dans ta grossesse ", "Ce n'était pas un bébé mais un foetus ", " T'imagine tu l'aurais su plus tard "... Oui je suis d'accord heureusement qu'on l'a su à 12 semaines. Mais je suis désolée la douleur reste la même. La perte d'un fœtus ou la perte d'enfant, ne jouons pas sur les mots c'est la perte d'un enfant quand même. J'étais quand même étonnée qu'après la première l'intervention il n y ai pas de rendez-vous de contrôle, afin de vérifier que l'opération se soit bien passé et qu'il n y ai pas de complications par la suite... J'ai fais confiance au corps médical et j'ai surtout essayé de faire confiance à mon corps en me détendant un maximum face à la situation. Au fond je sentais que ça n'allait pas, je sentais que j'allais repasser sur le billard ... Je le sentais mais non, je voulais absolument aller de l'avant. Au retour de Milan début octobre je me suis décidée... Je suis retournée aux Urgences Gynécologiques et là... Une fois le verdict tombé, j'ai compris que j'allais y repasser. Je me suis effondrée et j'ai clairement eu l'impression de revivre ce que j'avais pris en pleine gueule le 18 septembre. Je voulais tout sauf repasser sur le billard, je savais pertinemment que ce n'était pas bon...! Après "plusieurs diagnostics" , le gynécologue a tranché ... C'est un caillot de sang vascularisé. Afin de ne pas abîmer l'utérus le gynécologue me prescrit des médicaments censés déclencher comme une fausse couche pour évacuer le caillot. Me voilà donc de nouveau en arrêt ... Je passe quasiment une semaine à la maison sans que les médicaments ne fassent effet. J'appelle tous les jours le service gynécologique qui me dit d'attendre ... (Mais putain... Vous pensez pas que j'en ai marre d'attendre!) Le vendredi je rappelle et tombe sur une interne adorable qui sent mon désespoir au téléphone... Elle va à la rencontre de mon gynécologue qui lui dit clairement que ce n'est pas normal. Rendez-vous pris, je me fais de nouveau opérer le lundi 15 octobre. Et là je sombre, pleins d'images et paroles défilent dans ma tête... J'ai clairement l'impression de revivre tout ce que j'essayais d'oublier depuis 1 mois.  Lundi matin j'arrive à l'hôpital comme un sentiment de "déjà vu" , les mêmes infirmières, les mêmes locaux, la même heure, le même médecin... Tout pareil ! Je me prépare à monter au bloc mais cette fois-ci je me sens moins bien que la première fois... Cette fois ci? Sera la bonne? Que vont il faire? Très clairement je n'étais pas rassurée, même effrayée de repasser sur le billard. L'hystéroscopie et l'opération se déroulent bien...enfin apparemment ! J'ai du mal à faire confiance maintenant, je reste sur mes gardes. J'ai cependant osé poser la question qui tue ! " Alors c'était quoi? " ... Tout ça pour apprendre qu'il n 'avait pas correctement travaillé lors de la première opération (je vous épargne les détails) Tout ça pour en venir au titre "l'attente" ...  Ce qui est le plus dur aujourd'hui c'est d'être dans l'attente des résultats du caryotype, d'être dans l'attente d'un retour de cycle et d'être dans l'attente de pouvoir recommencer les essais en toute sérénité ... Mais ça à mon avis ce n'est pas pour tout de suite.

Quand mes règles vont elles revenir ?

Que va dire le caryotype ?

Y'a t'il des risques pour une future grossesse ?

Aujourd'hui tout un tas de question défilent dans ma tête et, aujourd'hui ce qui est le plus dur c'est d'être dans l'attente ... D'attendre le fameux rendez vous du 30 novembre, d'attendre ce que va me dire le gynécologue. Je n'ai pas voulu aller voir un psychologue, j'ai décidé de passer par la "médecine douce" et j'ai rendez vous chez un magnétiseur mardi, je verrais bien ce que cela va donner. Vous avez déjà pratiqué la médecine douce? Si oui qu'en avez vous pensé? Prochaine étape, rendez vous avec le gynécologue le 30 novembre.

9 commentaires:

  1. Cet article, ma belle, m’ôte les mots de la bouche très clairement... je ne savais pas, je n’étais pas au courant, je ne suis pas assidue sur les blogs, je dois l’avouer alors tu as bien fait de me l’envoyer en direct ! Les articles personnels sont les meilleurs, tu le dis comme tu las ressenti, ça me fends le coeur ! Courage ma belle, courage à vous deux !

    C’est jamais évident ... Et puis, devoir s’en remettre au corps médical... tout le temps et finalement, se rendre compte que tout n’est pas toujours maîtrisé... On m’a dit pendant des années que je ne pouvais pas avoir d’enfant, que je n’avais pas besoin de prendre de pillule etc... J’ai rencontré mon mari et quelques mois après, je tombais enceinte. Psychologique ça a ete dur pour moi a encaisser, je me suis infligee une IVG alors que si j’avais su qu’une grossesse etait possible, j’aurais eu une contraception quoi... on m’a répondu « il ne faut jamais faire confiance à la médecine » alors depuis j’ai ça bien ancré dans ma tête !

    Plein de bisous ma belle et je te souhaite que le meilleur <3 Encore plein de courage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne jamais faire confiance à la médecine ? C'est quand même l'hôpital qui se fout de la charité ... C'est la médecine qui est censée nous rassurer nous conseiller mais surtout nous soigner.

      C'est une période difficile, mais comme dans toute épreuve difficile dans la vie il faut s'en servir pour avancer et surtout se blinder.

      Je t'embrasse bien fort,

      Merci Eva pour tes mots.

      Marie.

      Supprimer
  2. Je te souhaite plein de courage, j'imagine comme cette période doit être douloureuse...
    Concernant les médecines douces, j'ai essayé la réflexologie plantaire qui m'a fait beaucoup de bien dans une période très difficile.
    Je te souhaite plein de belles choses pour la suite.. <3

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour tes mots et ton passage Charlotte et oui c'est une période difficile mais il faut avancer.
    J'ai rendez vous chez le magnétiseur ce soir on verra bien ce que ça donner, je ferai sans doute un billet retour sur le blog.

    A bientôt, ici ou sur instagram.

    Marie.

    RépondreSupprimer
  4. Je tombe sur votre blog et cet article par hasard et je compatis complètement à votre situation. Ayant vécu quelque chose de très proche, je peux vous dire que le plus important est de vous faire du bien. Si vous pensez qu'un magnétiseur peut vous aider et vous faire avancer, alors vous avez raison d'aller en voir un. Pour ma part j'avais pris rendez-vous avec un acupuncteur ce qui m'avait beaucoup aidé à lâcher prise.
    Beaucoup de courage à vous. Vous verrez que peu à peu on arrive à voir le bout du tunnel et que les bons moments et bonnes nouvelles reviennent et nous font retrouver la joie de vivre ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lisa pour votre message ! Oui comme vous dites il faut savoir se faire du bien ! J'ai aussi une séance d'acuponcture en décembre, j'espère qu'elle m'aidera à lâcher prise et le bout du tunnel est pour bientôt ... Je l'espère ! A bientôt avec plaisir.
      Marie.

      Supprimer
  5. Bonjour Marie, j'espère que tu vas mieux et que tu arrives à te reconstruire... C'est terrible ton histoire... Je te souhaite le meilleur pour la suite !

    RépondreSupprimer
  6. Merci Nina, pour ton adorable message ! Je me reconstruis tout doucement mais sûrement !
    A bientôt, gros bisous Marie.

    RépondreSupprimer

Je lis tous les commentaires et je réponds à chacun d'entre eux.
NB : Vous pouvez commenter en "anonyme" (pour commenter, il faut juste créer un compte Google, c'est gratuit).
Tout commentaire désobligeant ou empreint de méchanceté gratuite sera supprimé.
A bientôt, Marie.